850 ans d’éblouissement sonore

En cette année de réjouissances autour de la Cathédrale de Paris, nous vous invitons, à travers le parcours “850 ans de créations”, à explorer l’histoire de la musique en ce lieu. De la naissance de la polyphonie jusqu’au XXe s., en passant par les grands Maîtres de chapelle qui ont œuvré à l’ombre de ses murs, tels Campra ou Brummel, vous pourrez saisir l’intensité de la vie artistique qui a animé cet édifice au cours des siècles. La Messe Solennelle de Louis Vierne pour deux orgues et chœur, véritable emblème de la musique à Notre-Dame, résonnera une fois de plus pour l’émerveillement du public sous les augustes voûtes.

Mais la Cathédrale de Paris est encore actuellement un foyer de création d’une grande vitalité. Pour cette saison anniversaire, Musique Sacrée à Notre-Dame de Paris a passé commande à des créateurs actuels. Vous entendrez, lors de la création du Livre de Notre-Dame, douze motets et une messe brève écrits par quinze compositeurs. La saison se refermera sur la création mondiale des Vêpres de la Vierge de Philippe Hersant (également commande de MSNDP). La curiosité et l’émotion seront grandes, pour les auditeurs comme pour les interprètes, quand cette œuvre résonnera en écho au chef d’œuvre de Claudio Monteverdi.

La Maîtrise Notre-Dame continue à proposer au public d’entendre les œuvres du grand répertoire d’oratorio avec La Création de Joseph Haydn. Mais elle a aussi à cœur de défendre des répertoires rares ou injustement oubliés. C’est ainsi que vous pourrez (re)dévouvrir le magnifique oratorio La Vierge de Jules Massenet.

Le chœur chantera de concert avec l’édifice lui-même lors de deux soirées qui mettront en lumière les rapports entre la musique et l’architecture. Dans le déploiement du gigantesque motet à quarante voix Spem in alium de Thomas Tallis, la matière sonore épousera les linéaments de l’édifice, tandis que le concert Tubas cum cytaris présentera l’iconographie musicale de la cathédrale dans une mise en espace destinée à mettre en relief les qualités acoustiques du lieu.

Le grand orgue sera bien sûr à l’honneur puisque nous pourrons apprécier durant la saison le talent des cinq organistes titulaires. Le majestueux instrument, fraîchement restauré, dominant la nef du haut de sa tribune, comblera à nouveau le public de la puissance et du raffinement de ses timbres.

Sylvain Dieudonné a conçu, cette année, une série de concerts autour de l’École de Notre-Dame dont nous fêtons également les 850 ans. En effet, les somptueuses et novatrices polyphonies de cette grande école de composition sont contemporaines de l’édification de la cathédrale. Elles seront donc à l’honneur (concerts Surrexit Christus et Assomptio), mises en parallèle avec les répertoires d’autres cathédrales françaises à la même époque (Puer natus est), avec le chant grégorien et la création contemporaine (Spiritus Domini) ou avec l’improvisation au grand orgue Viderunt omnes. Leur influence dans l’Europe entière sera dévoilée lors du concert (Sonet vox ecclesie), et ce sera également l’occasion de revisiter l’évolution de la polyphonie occidentale des origines jusqu’à la Renaissance (Vox sonora). Le programme O Crux ave, quant à lui, commémorera la présence à Notre-Dame des reliques de la Passion. Enfin, à l’occasion de la sortie du disque Mater Salvatoris, le concert du même nom s’inscrira dans le cadre du congrès scientifique d’ouverture du Jubilé.

20 ans d’amitiés artistiques

Cette année est aussi pour Musique Sacrée à Notre-Dame de Paris la vingtième saison de concerts. C’est donc l’occasion de retrouver des partenaires artistiques rencontrés au cours de toutes ces années. Ainsi, nous aurons la joie de collaborer une fois encore avec l’Orchestre de chambre de Paris, l’Orchestre du Conservatoire de Paris, l’Ensemble Les Sacqueboutiers, la Maîtrise de Radio France, le Chœur de l’Armée française, mais aussi Brigitte Lesne, Dominique Visse, Alain Buet…

Tout au long de cette saison jubilaire, que nous avons voulue particulièrement fastueuse, nous convions le spectateur, tel un fidèle du XIIIe s. écoutant, stupéfait, les polyphonies de Pérotin, à faire l’expérience d’un éblouissement sonore !

Lionel SOW, directeur artistique de Musique Sacrée à Notre-Dame de Paris

Un commentaire pour “850 ans d’éblouissement sonore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>